Un dessin de Pierre Revoil offert à Lyon

Pierre Révoil (1776-1842)
Autoportrait en costume de Raphaël, vers 1794
Encre brune sur papier - 23,8 x 19 cm
Lyon, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page

21/9/17 - Acquisition - Lyon, Musée des Beaux-Arts - La galerie La Nouvelle Athènes, rue Chaptal à Paris, a offert au Musée des Beaux-Arts de Lyon un dessin de Pierre Revoil, Autoportrait en costume de Raphaël (ill. 1).

Âgé de dix-huit ans et élève à l’école centrale de Lyon, Revoil se représente assis, la palette à la main, en costume du XVIe siècle tel que l’on aura l’habitude de voir Raphaël dans les tableaux troubadours qui vont bientôt se multiplier au début du XIXe siècle, et dont l’artiste est un des principaux représentants avec son compatriote Fleury-Richard. En jouant ainsi de sa ressemblance avec le peintre florentin, dont témoigne d’ailleurs son portrait peint par Jean-Michel Grobon conservé au Musée des Beaux-Arts de Lyon (ill. 2), le peintre s’affirme fièrement dans la filiation d’un des plus grands artistes de la Renaissance. La date très précoce de ce dessin - 1794 - montre que Revoil est réellement un des créateurs de la manière troubadour dont l’une des caractéristiques est de figurer des personnages célèbres de l’histoire ou de l’histoire artistique dans des scènes historiques ou légendaires. Ici, il se contente d’être assis dans un fauteuil également de style Renaissance. La manière de dessiner à la plume est également proche de certaines feuilles du peintre d’Urbino.

Ce dessin très séduisant, signé fièrement de son monogramme P. R., vient renforcer le fonds très important que le musée de Lyon conserve de ce peintre et qui avait notamment été mis en valeur dans L’Invention du Passé, exposition organisée en 2014 (voir l’article).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.