Un fonctionnaire des Finances va-t-il être nommé directeur général des patrimoines ?

9/10/12 - Ministère de la Culture - Pour occuper la fonction de directeur général des patrimoines au ministère de la Culture, vacante depuis près de quatre mois, il est symbolique, par les temps qui courent, que le choix se soit porté sur un haut fonctionnaire, Vincent Berjot, ayant effectué toute sa carrière au ministère des Finances (il était adjoint au directeur du budget, jusque début 2011), avant de rejoindre la Ville de Paris où il est aujourd’hui directeur des Finances.

Mais cette nomination, qu’on annonçait comme faite, ne passe pas au ministère de la Culture où beaucoup se scandalisent, à juste raison, qu’on nomme un directeur qui n’a jamais, de près ou de loin, exercé dans le domaine culturel. La pilule semble également difficile à avaler à Bertrand Delanoë qui a vu une partie de ses troupes partir pour le ministère de la Culture, notamment Laurence Engel, directrice culturelle de la ville, nommée directrice de cabinet d’Aurélie Filippetti. Le maire de Paris souhaite apparemment garder celui dont beaucoup, au ministère de la Culture, ne veulent pas.

Pour l’instant donc, personne ne vient encore remplacer Philippe Bélaval parti au Centre des Monuments Nationaux. Le directeur général des Patrimoines cumule, depuis la réorganisation du ministère, les anciennes fonctions de directeur du patrimoine et de directeur des musées de France. Or, jusqu’à aujourd’hui, ces postes étaient occupés soit par des conservateurs, soit par des hauts fonctionnaires connaissant le secteur culturel pour y avoir fait leur carrière. Dans ce dernier cas, ils étaient souvent accompagnés d’un adjoint conservateur. Nous ne savons pas si Aurélie Filippetti était à l’origine de cette nomination mal engagée, ou si celle-ci avait été imposée de plus haut [1]. Il s’agit en tout cas d’un mauvais signe, un de plus. Il est encore temps de le corriger.

English Version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.