Un marbre de Filippo Parodi acquis par le Cleveland Museum of Art

15/12/18 - Acquisition - Cleveland, Museum of Art - Nous avions manqué la vente et nous n’avions donc pas repéré une magnifique sculpture de Filippo Parodi (signée) passée aux enchères l’an dernier dans une vacation Mobilier et Objets d’art chez Artcurial (le 16 mai 2017). Celle-ci, qui représente le Christ enfant endormi, et qui provenait d’une collection privée belge, a été vendue pour 244 600 € à un Danny Katz auprès duquel le musée l’acquise [1]. Elle vient d’être acquise par le Cleveland Museum of Art (ill. 1).


1. Filippo Parodi (1630-1702)
L’Enfant Jésus endormi, vers 1680
Marbre - 63 x 102 x 42 cm
Cleveland, Museum of Art
Photo : Cleveland Museum of Art
Voir l´image dans sa page

Formé à Rome, peut-être dans l’atelier de Bernin, Parodi est l’un des principaux représentants de la sculpture baroque génoise. Il fut également fortement marqué par l’art de Pierre Puget, longtemps actif dans la capitale de la Ligurie. Le jeune Jésus, nu, est couché sur un drap posé sur un rocher recouvert d’un lit de paille et d’épis de blés que l’on voit dépasser du tissu. Sa tête est nimbée, et ce sommeil de l’enfant forme comme une préfiguration de sa Passion à venir. L’abandon du bras droit notamment évoque les représentations du Christ mort après la descente de croix. On peut, à cet égard, comparer cette sculpture à celle que l’artiste réalisa en bois, dans les mêmes années 1680, pour l’église San Luca de Gênes (ill. 2).


2. Filippo Parodi (1630-1702)
Le Christ mort, vers 1680
Bois peint - 63 x 102 x 42 cm
Gênes, chiesa San Luca
Photo : Sailko (CC BY 3.0)
Voir l´image dans sa page

Il faut, hélas, ajouter cette œuvre (qui a, depuis la vente parisienne, bénéficié d’un nettoyage qui lui a rendu toute sa beauté) au catalogue des innombrables occasions ratées par le Louvre ces dernières années. Celui-ci est en effet relativement pauvre en sculptures baroques italiennes, et celles de cette qualité ne sont pas si fréquentes sur le marché, et encore moins sur le marché parisien. Il aurait pu ici le préempter pour un prix raisonnable, certainement très inférieur à celui qu’a dû débourser le musée américain.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.