Un non-sujet...

1 1 commentaire
Voir l´image dans sa page

Tout le web et les réseaux sociaux ne vibrent que de ça : le clip de Beyoncé et Jay Z au Louvre sur lesquels certains s’extasient et d’autres se scandalisent. Ou comment faire parler avec un non sujet… Car le Louvre accueille depuis toujours des tournages de clips ou de films. Il n’y a évidemment là rien de scandaleux à condition que deux conditions soient remplies : que le musée ne soit pas fermé au public pour cette occasion et que les œuvres ne soient pas mises en danger.
Manifestement, celles-ci ont toutes les deux été réunies. Dès lors, pourquoi le Louvre refuserait-il de gagner de l’argent en louant ses espaces ?

Il n’y a évidemment aucun scandale dans ce clip, à moins de considérer les musées comme des églises et de penser qu’ils peuvent être profanés alors qu’ils ne sont à aucun moment mis en danger. La seule chose de gênante ici est la nullité de la musique et la vulgarité des chanteurs. Mais aucune loi de la République n’étant menacée, pas davantage que les œuvres, il n’y a rien ici qui justifie une indignation.

Il n’y a rien non plus qui justifie que l’on s’extasie. On a pu entendre à la radio des opinions ridicules selon lesquelles il s’agirait d’une opportunité d’attirer au musée les jeunes et ceux qui seraient trop incultes pour comprendre l’art autrement. Une idée particulièrement condescendante, hélas assez largement répandue, qui voudrait que l’art ne puisse être compris que par une certaine élite et que les autres ne pourraient venir que pour autre chose, surtout pas pour les œuvres. Les pauvres, vous comprenez, sont trop bêtes pour être éduqués…

Non, le vrai scandale, ce n’est pas que le Louvre essaie d’augmenter ses ressources en louant ses salles pendant les horaires de fermeture. Il est bien plus honteux de voir le musée vendre en permanence, au milieu des salles de peinture, des mugs ou des rubixcubes la Joconde que de servir de décor ponctuellement à un clip, fût-il mauvais.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.