Un nouveau Poussin menacé d’exportation du Royaume-Uni

Nicolas Poussin (1594-1665)
Moïse enfant foulant aux pieds la couronne de Pharaon, vers 1645
Huile sur toile - 99 x 142,2 cm
Propriété du duc de Bedford, vendu à un acheteur étranger
Photo : Department for Culture, Media & Sport
Voir l´image dans sa page

28/1/14 – Exportation d’œuvres d’art – Royaume-Uni – Un nouveau tableau de Nicolas Poussin, appartenant au duc de Bedford et exposé à Woburn Abbey, sera exporté du Royaume-Uni si un musée - ou un particulier car la loi britannique permet cette option - ne trouve pas les 14 millions de livres nécessaires pour l’acquérir avant le 14 avril 2014, une date pouvant être repoussée au 14 octobre si un acheteur crédible se manifeste [1].

La toile représente Moïse enfant foulant aux pieds la couronne de Pharaon. Il s’agit de la première version de ce sujet, peint pour Pointel probablement en 1645. La seconde est aujourd’hui conservée au Louvre. Si les compositions en frise des deux œuvres sont assez proches, elles présentent néanmoins des différences notables dans les personnages ; la scène du Louvre se situe en intérieur, sur un fond de rideau, tandis que le tableau (encore) anglais est représenté dans ce qui ressemble à une cour, avec à gauche une architecture de temple aux colonnes ioniques et à droite un fond de paysage en partie caché par un muret.
La provenance de ce tableau est prestigieuse puisqu’il faisait partie de la collection du duc d’Orléans vendue à Londres par Philippe-Égalité en 1792.

On se rappelle que récemment le Royaume-Uni a dû laisser partir pour Fort Worth L’Ordre, de la série des Sept Sacrements peints pour Cassiano del Pozzo, mais que le Fitzwilliam avait réussi à acheter L’Extrême-Onction. Alors que le duc de Rutland s’est semble-t-il engagé à conserver encore plusieurs années les trois œuvres de cette série qui lui restent, un autre chef-d’œuvre de Poussin risque désormais de quitter le patrimoine britannique.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.