Un nouveau tableau pour le Musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau

19/7/19 - Acquisition - Fontainebleau, Musée national du château - La scène est entourée de deux piédestaux portant, à gauche, le casque du royaume d’Italie et un relief montrant le couronnement de Napoléon roi d’Italie à Milan le 26 mai 1805, et à droite le casque du heaume de l’Empire français, et orné d’un relief représentant le sacre et le couronnement à Notre-Dame le 2 décembre 1804. Au centre du tableau, Napoléon tient la Paix par l’épaule. Celle-ci a des armes et les palmes de la Victoire à ses pieds. La femme, couronnée de ce qui ressemble à un château fort est probablement l’Italie qui reçoit de la main de Napoléon le traité de Presbourg lui accordant la Vénétie jusque là possession de l’Autriche défaite. Le lion serait donc, si cette hypothèse très probable est la bonne, le lion de Saint-Marc. L’ours à l’arrière-plan (animal héraldique de Berne) figurerait alors la Confédération suisse, voisin septentrional du royaume d’Italie [1]. Le char d’Apollon que l’on distingue dans le ciel symbolise le retour des Arts grâce à la Paix.


École italienne (?), vers 1806
Allégorie de Napoléon vainqueur ou La Paix de Presbourg
Huile sur toile - 64,4 x 94,3 cm
Fontainebleau, Musée national du château
Photo : Musée national du château de Fontainebleau
Voir l´image dans sa page

Ce tableau, dû très probablement à un peintre néoclassique italien qui reste encore à identifier, a été acquis par le musée Napoléon Ier de Fontainebleau (décidément toujours très actif, et ce n’est pas terminé) auprès d’un marchand parisien [2]. grâce à la générosité de plusieurs mécènes [3]. Peint après la victoire d’Austerlitz et la paix de Presbourg qui en est la conséquence directe, il avait été vendu chez Lempertz à Cologne le 17 novembre 2018 où il avait été acquis par xxxx. Bien que donné (sans certitude) à Giuseppe Bossi à l’occasion de l’exposition « Napoleon und Europa. Traum und Trauma » au Bundeskunsthalle de Bonn en 2011, cette attribution ne semble pas être la bonne et l’auteur de ce tableau reste donc à identifier, comme les circonstances de sa commande et sa destination (tableau de chevalet ou élément de décor). Il prendra place dans le musée dans la salle consacrée à « Napoléon et l’Europe ».

Didier Rykner

Notes

[1Nous remercions Christophe Beyeler qui nous a envoyé l’article qu’il vient de publier à ce sujet (Christophe Beyeler : « Allégorie de Napoléon vainqueur présentant la Paix à l’Italie. Une œuvre cardinale offerte au musée Napoléon Ier de Fontainebleau », Revue du Souvenir napoléonien, n° 519, printemps 2019, p. 6-10) et dont nous avons tiré ces informations. Il évoque aussi une autre interprétation pour la figure de gauche, qui pourrait être Cybèle, mais celle-ci nous semble beaucoup moins vraisemblable.

[2Nous ne savons pas quel marchand, nous rajouterons cette information dès que nous l’aurons.

[3L’association « Le Souvenir napoléonien », combiné à la générosité de plusieurs particuliers : le docteur Nicolas Charlot, M. et Mme Jean-Pierre Cojan, le docteur François Mérite, et M. Claude Billmann.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.