Un pastel de Charles-Antoine Coypel mal identifié réapparaît à Drouot

15/6/18 - Découverte - Paris, Marché de l’Art - Le pastel était présenté aujourd’hui salle 4 à l’hôtel Drouot, chez Pescheteau-Badin, comme une école française du début du XIXe siècle, et estimé 800 à 1200 €. Il s’est envolé à 190 000 € (prix marteau). Il s’agissait en réalité d’un Autoportrait de Charles-Antoine Coypel (ill. 1) comme nous l’a signalé immédiatement après la vente Pierre Jacky qui avait, comme d’autres, remarqué l’œuvre et l’avait correctement attribuée.


1. Charles-Antoine Coypel (1694-1752)
Autoportrait
Pastel - 64 x 53 cm
Vente salle 4 à Drouot le 15/6/18 sous une mauvaise attribution
Photo : Pescheteau-Badin
Voir l´image dans sa page

Charles-Antoine Coypel est le fils d’Antoine Coypel. Sur son œuvre de pastelliste, on ne pourra que renvoyer à l’indispensable Dictionary of pastellists before 1800 que son auteur, Neil Jeffares, met en accès libre et gratuit sur internet. Celui-ci, comme Pierre Jacky, avait d’ailleurs tweeté à propos du résultat que cette œuvre a obtenu à Drouot et a confirmé l’attribution. Il signale qu’il apparaîtra dans son catalogue sous le numéro J.2472.117.


2. Charles-Antoine Coypel (1694-1752)
Autoportrait
Pastel
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMN-GP
Voir l´image dans sa page

Si la composition ne semblait connue par aucune autre version autographe ni aucune copie, l’identification peut être assez facilement prouvée par la comparaison avec l’autre Autoportrait au pastel de Charles-Antoine Coypel qui est conservé au Musée des Beaux-Arts d’Orléans (ill. 2). Portant le même genre de costume et de couvre-chef, il présente exactement la même physionomie, la tête tournée davantage vers sa droite, presque de face, la main droite posée sur un carton à dessin semblable à celui de la version d’Orléans.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.