Un pastel de Maurice Quentin de La Tour légué à Orléans

Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
Portrait de Madame Restout en coiffure, 1738
Pastel
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts d’Orléans
Voir l´image dans sa page

4/3/11 - Acquisition - Orléans, Musée des Beaux-Arts - Les pastels français du XVIIIe siècle constituent une des gloires du Musée des Beaux-Arts d’Orléans. Celui-ci vient d’enrichir cette collection grâce à une acquisition majeure, le portrait jusque là inédit de Madame Restout (ill.) dû à Maurice Quentin de la Tour. La photo rend justice à la qualité admirable de cette œuvre, dans un excellent état de conservation, et à ses coloris riches et subtiles. Le modèle, né Marie-Anne Hallé, était l’épouse de Jean Restout. Ce pastel a été légué par Madame Henriette Laurent-Valois, une descendante des Hallé. Il était conservé dans sa famille depuis sa création en 1738, date à laquelle il fut présenté au Salon.

Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans conservait déjà trois pastels de Quentin de La Tour (Portrait d’un jeune noir, 1741, Esquisse du portrait du peintre Louis Silvestre, 1753 et le Portrait dit de l’abbe ? Re ?glet, 1769). Celui-ci y trouve ainsi particulièrement bien sa place d’autant, comme le fait remarquer Isabelle Klinka-Ballesteros, directrice des musées d’Orléans, dans la note qu’elle a consacrée à cette acquisition que « le parcours de la peinture d’histoire du XVIIIe siècle permet aussi de découvrir des œuvres de Jean Restout, maître de La Tour (Abdolonyme travaillant dans son jardin, Salon de 1737, Abdolonyme paraissant devant Alexandre en costume royal, Salon de 1738, La Salutation angélique [1],...), mais aussi celles de Claude Guy Hallé (L’Adoration des mages, 1701) et de Noël Hallé (La Fuite en Egypte, 1759, Saint Martin devant Valentinien, 1762), père et frère du modèle. »

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.