Un portrait de Frans Hals inédit classé trésor national

Précision ajoutée le 8 mars 2019 : ce tableau est désormais, de façon assez unanime, reconnue comme un faux. Pour en savoir plus, nous vous conseillons la lecture de notre article du 7/10/16.

Classé trésor national comme Frans Hals (1581/85-1666)
mais probablement un faux moderne
Portrait d’homme
Huile sur panneau
France, collection particulière
Photo : C2RMF
Voir l´image dans sa page

5/12/08 Trésors nationaux – Paris Le Journal Officiel du 29 octobre dernier a annoncé la décision de refus de certificat de sortie d’un Portrait d’homme par Frans Hals (ill.). Le texte de l’arrêté précise que cette œuvre « appart[ient] à un groupe restreint de tableaux peints par Hals à la fin de sa vie, vers 1650-1660, dont on connaît trois autres exemples comparables, représentant des portraits en buste de petit format au cadrage serré [1]. »

Totalement inédit et époustouflant de qualité, ce panneau, dont le modèle reste inconnu, est monogrammé et en parfait état ; il semble ne pas avoir été précédemment restauré.
Il appartient à la dernière manière du peintre, celle des Régents et Régentes de l’Hospice de vieillards (1664, Frans Hals Museum), marquée par une gamme très restreinte et une gravité psychologique plus intense, qui doit à l’influence de Rembrandt. Cette touche enlevée a été comparée par les historiens d’art à celle de Velásquez ou de Goya et servira d’exemple à de nombreux peintres, de Fragonard à Manet et Van Gogh.

Les musées français sont pauvres en tableaux de Frans Hals (Dijon, Amiens). Le Musée Jacquemart-André possède une toile également de la dernière période. Le Louvre n’en conserve que trois : La Bohémienne, Le Portrait de Paulus van Beresteyn [2]. et Le bouffon au luth, acquis de la collection Rothschild en 1984 [3].

A propos de trésors nationaux, un appel à mécénat a été lancé le 7 novembre dernier pour l’acquisition par le château de Versailles d’un ensemble de deux paires de chaises estampillées par Louis Delanois (1731-1792), en bois sculpté et doré et exécuté vers 1792. Selon le Journal Officiel, « Ces deux paires de chaises qualifiées de trésor national, pour l’une, et d’œuvre d’intérêt patrimonial majeur, pour l’autre, constituent un exemple remarquable de la production de Louis Delanois, un des plus grands menuisiers du XVIIIe siècle, et témoignent de la transition vers le style Louis XVI en plein règne de Louis XV. Les pièces de mobilier provenant de Mme du Barry étant rares, ces chaises permettraient de compléter à Versailles la série dont le château conserve déjà plusieurs éléments. » Leur prix est fixé à 1 600 000 €.

Rappelons enfin que le Louvre cherche actuellement à acquérir au moins deux tableaux majeurs classés trésors nationaux : le Portrait du Comte Molé par Ingres (voir brève du 21/5/06) et le Reniement de Saint Pierre de frères Le Nain (voir brève du 14/8/08).

English version

Didier Rykner

Notes

[1Notamment le Portrait d’un homme (Willem Croes ?) à la Alte Pinacothek de Munich.

[2Le Portrait de Catharina Both van der Eem, pendant de celui de son époux Paulus van Beresteyn par Frans Hals, est considéré comme peint par un collaborateur du peintre. Le Portrait de vieille femme du legs La Caze a été très récemment rendu à une possible collaboration avec son fils

[3Les tableaux sûrs de Frans Hals sont rarissimes sur le marché de l’art, le Portrait de Willem van Heythuyzen, réapparu en Autriche sous un autre nom et qui avait fait sensation à l’exposition Dutch portraits (voir l’article) est passé en vente chez Sotheby’s à Londres en juillet dernier.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.