Un portrait de Giovanni Belzoni par Jan Adam Kruseman offert au Fitzwilliam Museum

Jan Adam Kruseman (1804-1862),
Portrait de Giovanni Battista Belzoni, 1824
Huile sur toile
Cambridge, The Fitzwilliam museum
Photo : The Fitzwilliam museum
Voir l´image dans sa page

14/01/19 - Acquisitions - Cambridge, Fitzwilliam Museum - « Géant de Padoue » ou « Samson de Patagonie » Giovanni Battista Belzoni (1778-1823) mena une vie d’aventures et fut l’un des pionniers de l’égyptologie. C’est probablement son portrait, peint par Jan Adam Kruseman, qui vient d’entrer au Fitzwilliam Museum, donné par la galerie Daniel Katz, en l’honneur de Tim Knox qui fut directeur du musée de 2013 à 2018.

Né à Harlem, Kruseman se rendit à Amsterdam où il fut l’élève de son cousin Cornelis Kruseman dans les années 1819-1822, il se forma ensuite à Bruxelles, travaillant auprès de François- Joseph Navez et de Jacques Louis David, puis séjourna à Paris et retourna à Amsterdam en 1824. Il voyagea entre 1834 et 1836 en Allemagne, en Angleterre et en Ecosse et finit par retourner à Harlem vers 1856. Il réalisa des peintures d’histoire et de genre, mais fut surtout connu pour ses portraits, au point de compter parmi ses modèles les rois Guillaume Ier et Guillaume II des Pays-Bas. Celui de Belzoni est séduisant par ses couleurs chatoyantes, les jeux d’ombres et la posture dynamique qui lui donnent un côté dramatique.

Né à Padoue, Belzoni fut un célèbre explorateur, égyptologue avant l’heure. Plusieurs portraits de lui montrent un homme de forte carrure, la barbe fournie, vêtu d’un costume oriental. Il parcourut l’Europe et arriva en Angleterre en 1803. Là, il exhiba sa force dans les foires et les cirques, notamment au Sadler’s Wells Theatre. Il finit par partir pour l’Espagne et le Portugal, arriva à Malte d’où il s’embarqua en 1815 pour l’Égypte. Sur place, il essaya de mettre en pratique ses connaissance en hydraulique et participa surtout à des expéditions archéologiques, notamment pour le compte d’Henry Salt, consul général britannique passionné d’antiquités et rival dans ce domaine de Bernardino Drovetti. Salt chargea Belzoni de faire arriver jusqu’en Angleterre des vestiges égyptiens, notamment la tête monumentale de Ramsès II alors appelé le « Jeune Memnon ». Ces œuvres enrichirent les collection du British Museum. Belzoni découvrit en outre plusieurs tombes royales dans la Vallée des rois. Lors d’un retour triomphal à Londres en 1819, il organisa une exposition de ses découvertes. Il donna en 1823 au Fitzwilliam Museum le couvercle du sarcophage de Ramsès III. Quant à la première collection Salt, que l’Italien contribua à constituer, elle fut achetée par le Louvre en 1826.

De juillet à octobre 2019, le portrait sera au cœur d’une exposition que le Fitzwilliam Museum consacrera à Belzoni.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.