Un portrait de Perronneau donné au Mauritshuis

22/3/19 - Acquisition - La Haye, Mauritshuis - Un portrait au pastel de Jacob van Kretschmar par Jean-Baptiste Perronneau a été offert au Mauritshuis par un descendant du modèle, Jonkher van Kretschmar, historien de l’art et généalogiste. Comme souvent, l’artiste représente son modèle à mi-corps sur un fond uni.


Jean-Baptiste Perronneau (1715-1783)
Portrait de Jacob van Kretschmar, 1754
Pastel et crayon sur papier - 60 x 45 cm |
La Haye, Mauritshuis
Photo : Mauritshuis
Voir l´image dans sa page

Formé à la peinture d’histoire, Perronneau s’imposa pourtant dans le portrait, aussi bien à l’huile qu’au pastel, et fut souvent comparé à Maurice Quentin de La Tour dont on voulut en faire un rival. Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans a consacré une exposition à ce « portraitiste de génie » en 2017 (voir l’article).
Bien qu’il fût reçu à l’Académie en 1753, il ne cessa de voyager. Il traversa la France, - Orléans, Bordeaux, Toulouse, Lyon - se rendit aussi à Bruxelles, Rome, Londres, Karlsruhe, Madrid, Hambourg, Varsovie, Saint-Petersbourg. Dès 1754, il séjourna à plusieurs reprises aux Pays-Bas, et s’installa finalement à Amsterdam en 1779 où il mourut en 1783. Il réalisa ce portrait à la Haye, lors de son premier séjour, puis plus tard ceux du prince et de la princesse d’Orange-Nassau, ou encore de Gerard Meerman. Malgré ses pérégrinations, il ne cessa d’exposer au Salon de Paris de 1746 à 1779.

L’engouement pour le portrait au pastel fut encouragé par la présence de différents artistes aux Pays-Bas : Jean-Baptiste Perronneau bien sûr, mais aussi Jean-Etienne Liotard et Johanne Freiedrich August Tischbein. Cornelis Troost, artiste dont nous avons beaucoup parlé ces dernières semaines sur ce site, réalisa lui-même plusieurs portraits dont le Mauritshuis conserve quelques exemples.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.