Un portrait de Serlio par Passerotti pour Wurtzbourg

1 1 commentaire

25/7/19 - Acquisition - Wurtzbourg, Martin von Wagner Museum de l’Université de Wurtzbourg - Si la Résidence de Wurtzbourg est avant tout l’un des plus beaux palais d’Europe, célèbre pour ses grandioses décors de Tiepolo miraculeusement épargnés par les terribles bombardements de la Seconde guerre mondiale, l’édifice abrite également depuis 1963 le Martin von Wagner Museum de l’Université de Wurtzbourg. Ses collections de céramiques antiques sont parmi les plus riches d’Allemagne mais c’est aussi un important musée des beaux-arts, qui vient d’enrichir spectaculairement ses collections de peinture ancienne par l’achat du portrait commémoratif de Sebastiano Serlio par Bartolomeo Passerotti. Redécouvert en Italie, le tableau était l’un des points d’orgue du stand de la galerie Canesso lors de l’édition 2018 de la Tefaf Maastricht.


1. Bartolomeo Passerotti (1529 - 1592)
Portrait de l’architecte Sebastiano Serlio (1475 - 1554)
Huile sur toile - 59,5 x 44,5 cm
Wurtzbourg, Martin von Wagner Museum
Photo : Galerie Canesso
Voir l´image dans sa page

Si l’identification du modèle ne faisait guère de doute grâce au cartouche en bas du tableau, l’attribution de la toile à Passerotti s’est faite à la fois par des critères stylistiques – ce fonds couleur lie de vin caractéristique de la manière de l’artiste – mais aussi grâce au rapprochement avec un dessin préparant ces mains tenant un grand compas conservé à la Biblioteca Ambrosiana de Milan. Si le peintre et l’architecte sont contemporains – bien que Passerotti soit d’une génération plus tardive - et tous deux originaires de Bologne, ce portrait n’en est pas moins une représentation posthume du grand architecte de la Renaissance. Serlio avait en effet été appelé à Fontainebleau par le roi François Ier et était resté en France jusqu’à sa mort en 1554. Le spécialiste de Bartolomeo Passerotti, Daniele Benati, se propose de dater l’œuvre vers la fin de la carrière du peintre, vers 1570 ou 1580. Le modèle était donc déjà décédé depuis une vingtaine d’années et n’a pas pu poser pour le peintre mais celui-ci disposait peut-être d’un dessin ou d’une gravure, ce qui n’empêche pas d’imaginer que ce portrait est en partie fantaisiste, puisqu’aucun document ne nous a transmis avec certitude les traits de Serlio.


2. Confrontation entre les deux tableaux représentant Serlio au Martin von Wagner Museum de l’Université de Wurtzbourg
Photo : Galerie Canesso
Voir l´image dans sa page

Pour le Martin von Wagner Museum de l’Université de Wurtzbourg, il s’agit cependant d’une acquisition particulièrement pertinente puisqu’un tableau conservé dans ses collections depuis 1834, qui appartenait au XVIIIe siècle à Balthasar Neumann, architecte du palais, représente également Serlio ! Attribué au peintre vénitien Bernardino Licinio, il était jusqu’à l’acquisition du tableau de Passerotti présenté comme un autoportrait de l’artiste avec un mystérieux architecte. La juxtaposition des deux œuvres, présentées côte-à-côte samedi dernier, est éloquente : ce sont les traits mais aussi les vêtements de l’architecte présent dans le tableau de Wurtzbourg qui se retrouvent dans celui qui vient d’être acheté auprès de la galerie parisienne, permettant avec certitude d’y reconnaître Sebastiano Serlio.

Cette acquisition exceptionnelle a pu être menée à bien par le musée de Wurtzbourg grâce à la ténacité de son directeur, le Prof. Dr. Damian Dombrowski, et le soutien de nombreux mécènes qu’il convient naturellement de citer tant la mutualisation de leurs ressources fut essentielle à la réussite du projet : Kulturstiftung der Länder, Ernst von Siemens Kunststiftung, Unterfränkische Kulturstiftung, Julius-Maximilians-Universität Würzburg, Fürstbischöfliches Musik-Kollegium zu Würzburg, Freunde der Würzburger Residenz, Rotary-Club Würzburg-Residenz.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.