Un quatrième Rembrandt de la collection Bader pour l’Agnes Etherington Art Center

19/7/19 - Acquisition - Kingston (Ontario), Agnes Etherington Art Centre (Queen’s University) - La famille Bader poursuit ses généreuses donations à l’Agnes Etherington Art Center qui célébrait en 2017 le cinquantième anniversaire de leur premier don - le Salvator Mundi de Girolamo Galizzi [1]. Après la Tête de vieil homme au chapeau en 2003 (voir la brève du 13/1/04) , la Tête d’homme au turban en 2007 - nous n’en avions pas parlé sur ce site - et le Portrait d’homme, les mains sur les hanches en 2009 (voir la brève du 8/12/15), un quatrième Rembrandt de leur collection - qui en compte six [2] - rejoint la Bader Gallery du musée canadien. Cette Tête de vieil homme aux cheveux bouclés lui est offerte non pas, comme les œuvres précédentes, par Alfred et Isabel Bader mais par leur fils Daniel - et son épouse Linda - en l’honneur de son père décédé en décembre dernier.


Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Tête de vieil homme aux cheveux bouclés, 1659
Huile sur panneau - 38,1 x 26,8 cm
Kingston, Agnès Etherington Art Centre
Photo : Kingston, Agnès Etherington Art Centre
Voir l´image dans sa page

Alfred Bader acquit l’œuvre à Londres en avril 1993 à l’occasion d’une vente Christie’s. Le panneau présenté comme de l’entourage de Rembrandt y avait été ravalé. Le collectionneur l’acheta après la vacation pour un prix inférieur à son estimation qui était de 60 000 - 80 000 £. Il l’offrit à son fils en 2001. Signé et daté « Rembrandt f.1659 » au centre à droite, son attribution ne fit pas moins débat pendant de nombreuses années. Si Horst Gerson dans ses catalogues raisonnés de 1968 et 1969 l’admet de Rembrandt, il ne figure pas dans les catalogues postérieurs de Christian Tümpel (1986) et de Leonard J.Slatkes (1992), tout comme le catalogue d’Abraham Bredius ne l’incluait pas en 1935. Il fallut attendre 2006 pour qu’il soit de nouveau considéré comme autographe par Ernst van de Wetering et le Rembrandt Research Project (RRP), un avis aujourd’hui largement partagé par les spécialistes de l’artiste. L’œuvre figura comme de Rembrandt dans les expositions de la Rembrandthuis à Amsterdam et de la Gemaldegalerie à Berlin organisées en 2006 dans le cadre des quatre cent ans de la naissance de l’artiste.

Dans le catalogue qu’il consacra en 2007 à la collection Bader dont il avait alors la charge, David de Witt suggère que ce portrait de vieil homme aux longs cheveux et à l’épaisse barbe blancs serait une étude adaptée ensuite au Saint Pierre du Reniement du Rijksmuseum, en 1660, et au Saint Matthieu du Louvre, en 1661. Deux versions similaires de cette étude tardive sont connues. Ces panneaux aux dimensions légèrement inférieures sont conservés dans la collection de Natan Saban à Miami Beach et à l’Instituut Collectie Nederland de La Haye.

Julie Demarle

Notes

[1Alfred Bader Collects : Celebrating Fifty Years of The Bader Collection, du 29 avril au 3 décembre 2017.

[2Un érudit à la chandelle, petite huile sur cuivre datée autour de 1628-1629, et une Tête d’homme barbu : étude pour saint Matthieu, petite huile sur bois datée autour de 1657, toutes deux attribuées à Rembrandt, s’ajoutent aux quatre œuvres citées.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.