Un Simon Vouet redécouvert dans une église d’Île-de-France

12/3/17 - Découverte - Évry, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul - Les églises françaises sont d’une richesse inépuisable, mais il n’est tout de même pas si fréquent de voir réapparaître un grand retable (plus de 3 mètres de haut) de Simon Vouet, complètement inconnu, d’autant que celui-ci se trouvait non loin de Paris, dans l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, l’ancienne église d’Évry, qui ne se trouve même pas sur la base Palissy du Ministère de la Culture.


1. Simon Vouet
L’Adoration des bergers, vers 1640
Huile sur toile - 310 x 172 cm
Évry, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Photo : D. R. (domaine public)
Voir l´image dans sa page
2. Simon Vouet (1590-1649)
L’Adoration des bergers, vers 1640
Pierre noire, rehauts de craie blanche - 33,8 x 21,2 cm
Cambridge, Fogg Museum, Harvard Art Museum
Photo : Fogg Museum
Voir l´image dans sa page

Cette Adoration des bergers (ill. 1), redécouverte par Mylène Sarant, a été publiée par ses soins dans le dernier bulletin du Burlington Magazine dédié à l’art français [1].
L’objectif ici n’est évidemment pas de reprendre toutes les informations de l’article - signalons simplement qu’un dessin pour la composition entière, mis au carreau, est conservé au Fogg Museum (ill. 2) et que la provenance antérieure de la peinture n’est pas connue - mais plutôt de donner envie au lecteur d’aller le lire et, surtout, de se rendre dans cette église pour voir le tableau [2].
Il faut espérer qu’une restauration prochaine lui rende toute sa splendeur. Elle est en effet très sale et ses vernis ont jauni comme on le voit sur la photo. Une telle redécouverte mériterait également de bénéficier un jour d’une exposition-dossier.

À propos de peinture française du XVIIe siècle et de Burlington Magazine, signalons que le Jacques Stella redécouvert en Australie (voir notre brève du 11/7/16) est de plus en plus contesté par les spécialistes français. Il pourrait s’agir d’une copie ancienne, le tableau du Noviciat des Jésuites étant plus probablement, comme on le pensait jusqu’ici, celui conservé dans l’église des Andelys. La discussion reste ouverte.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.