Un tableau d’Eugène Isabey pour le château d’Eu

13/12/18 - Acquisition - Eu, Château-musée Louis-Philippe - Il y eut un temps où la France et l’Angleterre entretinrent ce qu’on appela l’Entente cordiale. Cela remonte tout de même à la Monarchie de Juillet. Louis-Philippe reçut deux fois la reine Victoria au château d’Eu, d’abord en 1843, puis en 1845. Plusieurs artistes rendirent compte de ces visites qui durèrent plusieurs jours. Eugène Isabey notamment représenta l’arrivée et le départ de Victoria sur deux grandes toiles : l’une, La Réception de Louis-Philippe sur le yacht de la reine en rade du Tréport, le jour de son arrivée le 2 septembre 1843 fut exposée au Salon de 1844 et se trouve aujourd’hui au Musée de la Marine ; l’autre, intitulée Le roi Louis-Philippe conduit la reine Victoria à bord du yacht royal Victoria and Albert, en rade du Tréport, après la visite de la reine au château d’Eu, 7 septembre 1843, fut présentée au Salon de 1845, elle est conservée à Versailles.


Eugène Isabey (1803-1886)
Le Départ de la reine Victoria du Tréport, vers 1844
Huile sur toile - 49 x 62 cm
Eu, Château-Musée Louis-Philippe
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page

C’est une huile préparatoire au départ de la reine que le musée d’Eu a récemment acquise. Elle a été achetée à la Galerie de la Nouvelle Athènes par l’Association des amis du musée, grâce au soutien de la fondation Geneviève Get. La comparaison avec la composition achevée dévoile les recherches de l’artiste qui fut peintre officiel de la marine en 1830. Isabey s’intéresse aussi au ciel où se mêlent les nuages et la fumée de l’un des bateaux. Le cadrage resserré de l’étude confère une plus grande monumentalité aux navires.Au premier plan passe la chaloupe royale et son drapé rouge. Il illustra également le Débarquement de la reine au Tréport.
Cette peinture retrouve au musée deux autres œuvres d’Eugène Isabey , l’une illustrant Le Débarquement de la reine Victoria en 1845 achetée en 2015 , et le Départ de Louis-Philippe du Tréport vers l’Angleterre en 1844.

Eugène Lami lui aussi chroniqua les séjours de la reine, notamment son Débarquement ainsi que la réception qui fut donnée en son honneur au château d’Eu, où une galerie Victoria fut aménagée.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.