Un tableau d’Hammershøi pour le Getty

20/12/18 - Acquisition - Los Angeles, The J. Paul Getty Museum - Le Getty Museum a acquis, auprès de la galerie new-yorkaise Jack Kilgore & Co, l’Intérieur au chevalet, Bredgade 25 de Vilhelm Hammershøi qui avait été adjugé 5,04 millions de dollars lors de la vente Christie’s du 31 octobre dernier à New-York. Cette huile sur toile achetée l’année même de sa réalisation, en 1912, par un collectionneur nommé Adam Black, était jusqu’alors restée en mains privées chez ses descendants. Elle est depuis le 18 décembre exposée dans le pavillon Ouest du musée.


Vilhelm Hammershøi (1864-1916)
Intérieur au chevalet, Bredgade 25, 1912
Huile sur toile - 78,7 x 70,5 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : The J. Paul Getty Museum
Voir l´image dans sa page

Mise en scène dépouillée d’un intérieur pour le moins ascétique, l’œuvre acquise par le Getty est caractéristique de l’art d’Hammershøi. A partir de la fin des années 1890, ses habitations successives deviennent un sujet privilégié développé en maintes variations au franc succès. La formule se répète, peu de meubles, peu d’objets, une pièce nue presque plane dans un camaïeu de gris. C’est son dernier appartement de la rue de Bredgade que résument ici le chevalet, la gravure encadrée et la table de l’arrière-plan. Si ses habitations lui servent tant de résidence que d’atelier, le motif du chevalet demeure très marginal dans son œuvre. Il est tentant d’y déceler une mise en abyme de l’art de peindre - que le tableau dans le tableau appuie - pourtant l’œuvre complet d’Hammershøi semble défendre tout autre chose : l’abolition de la narration. Le chevalet est moins un autoportrait symbolique qu’un élément de la composition comme un autre, dominé par une construction géométrique d’une grande rigueur et une froide lumière naturelle qui sont, elles, le sujet principal. Le thème est accessoire, la composition essentielle, faite de jeux de lignes et de formes, les rectangles lumineux projetés au sol et aux murs répondant à ceux de la gravure, de la toile du chevalet et des moulures de la porte.

Le Statens Museum for Kunst de Copenhague conserve une version similaire, légèrement antérieure, intitulée Intérieur au chevalet de l’artiste. Les dimensions sont presque identiques mais le cadrage est légèrement plus resserré excluant les moulures du plafond et la fenêtre sur la gauche à peine visible. Une chaise a été ajoutée entre le mur et le chevalet ainsi qu’un compotier sur la table du fond. La notice du catalogue de vente mentionne une troisième version analogue, non datée, passée en vente chez Sothebys à Londres en 1975 [1]. Elle reprend le même chevalet tripode, la même chaise mais ajoute un couvercle au compotier. Enfin, sans le chevalet, nous pouvons mentionner un autre tableau qui adopte un point de vue analogue mais une disposition bien différente du mobilier. L’Intérieur avec un pot de fleurs, Bredgade 25 du Malmö Konstmuseum avance la table de l’arrière-plan au premier tandis qu’un buffet prend la place du chevalet. Les éléments décoratifs se multiplient, au compotier et à la gravure s’ajoutent un pot d’orchidée et une petite lampe de table.

Si Hammershøi est largement reconnu de son vivant, sa peinture souffre rapidement de son austérité et sombre dans l’oubli avant d’être redécouverte à partir des années 1990. Plusieurs expositions lui ont rendu hommage depuis, en 1997 à Copenhague et Paris [2], en 2007 à Barcelone [3], en 2008 à Londres et Tokyo [4], en 2012 à Copenhague et Munich [5], en 2016 à Seattle [6], et bientôt au musée Jacquemart-André qui accueillera une rétrospective au printemps prochain.

Julie Demarle

Notes

[1Vente du 26 février 1975, lot 86, 77,5 x 69 cm.

[2L’univers poétique de Vilhelm Hammershøi, Musée d’Ordrupgaard, du 15 août au 19 octobre 1997 puis musée d’Orsay du 19 novembre 1997 au 1e mars 1998.

[3Wilhelm Hammershøi et Carl Theodor Dreyer, Barcelone, Centre de culture contemporain de Barcelone, 2007.

[4Vilhelm Hammershöi, Royal Academy of Arts, London, et The National Museum of Western Art, Tokyo.

[5Hammershøi et l’Europe au Statens Museum for Kunst à Copenhague et au Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung de Munich.

[6Chronicles of Solitude : Masterworks by Vilhelm Hammershøi from SMK, Frye Art museum de Seattle, du 16 juillet au 25 septembre 2016.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.