Un tableau de Hogarth acquis par Leicester

18/8/19 - Acquisition - Leicester, New Walk Museum & Art Gallery - Le tableau était accroché en dépôt aux cimaises du musée de Leicester depuis soixante-quinze ans. Il fait désormais partie de ses collections, après avoir été acquis grâce à la procédure de l’Acceptance in lieu (dation), complétée (car le prix estimé - soit 3 millions de livres - dépassait les droits de succession dus) par une souscription ayant atteint environ 565 000 £ et une subvention de l’Art Fund.


William Hogarth (1697-1764)
William Wollaston et sa famille
Huile sur toile - 102,5 x 126,4 cm
Leicester, New Walk Museum & Art Gallery
Photo : CC BY-NC-SA
Voir l´image dans sa page

Il s’agit d’un portrait de groupe dans un intérieur peint par William Hogarth. On y voit la famille du parlementaire William Wollaston avec quelques amis proches, dans une pièce richement décorée. Il peut s’agir soit de la maison de famille à Londres, Charterhouse Square, soit de leur propriété à Finborough Hall dans le Suffolk, un manoir qui fut détruit pour être entièrement reconstruit à la fin du XVIIIe siècle. Les dix-sept personnes représentées ont été toutes identifiées (voir ce document publié lors de l’appel à mécénat). L’œuvre était restée jusqu’à aujourd’hui dans la famille Wollaston qui l’avait déposée au musée.

La commande fut passée à Hogarth par William Wollaston après le décès de son frère aîné Charlton Wollaston dont on peut voir le buste au-dessus de la cheminée à droite de la composition. Cette Conversation piece, soit un portrait de groupe intimiste, en intérieur ou en extérieur, est un genre typiquement anglais. À droite, des femmes sont assises autour d’une tasse de thé, tandis qu’à gauche deux hommes et deux femmes jouent aux cartes. À l’extrême gauche, un autre homme est assis, tandis que d’autres personnages sont debout à l’arrière-plan et discutent. Le maître de maison se trouve debout, au centre de la composition, regardant sa femme assise de face derrière la table à droite. L’œuvre, qui ne présente aucun caractère caricatural comme les aimait Hogarth (ce qui se comprend puisqu’il s’agit d’une commande privée) offre également l’intérêt de montrer un intérieur baroque anglais aujourd’hui disparu.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.