Un tableau de Marcantonio Bassetti acquis par le Fitzwilliam Museum

Marcantonio Bassetti (1586-1630)
Le Christ mort supporté par la Vierge
et Marie-Madeleine
, vers 1616
Huile sur ardoise - 37,2 x 28,6 cm
Cambridge, Fitzwilliam Museum
Photo : Art Fund
Voir l´image dans sa page

21/9/11Acquisition – Cambridge, Fitzwilliam Museum Le Fitzwilliam Museum vient de s’enrichir, grâce à une aide de l’Art Fund, d’une peinture sur ardoise de Marcantonio Bassetti représentant Le Christ mort supporté par la Vierge et Marie-Madeleine. Ce tableau, qui était passé chez Christie’s New York en 2003, a été acheté à Daniel Katz à Londres, plus connu comme marchand de sculptures que de tableaux.
Bassetti, originaire de Vérone, travailla à Venise, puis à Rome, avant de revenir finir sa vie dans sa ville natale où il disparut précocement en 1630 des suites de la peste, comme Pasquale Ottino, son aîné de huit ans. Avec Alessandro Turchi, Ottino et Bassetti furent également élèves dans l’atelier de Felice Brusasorci et ils travaillèrent ensemble à Rome aux côtés de Carlo Saraceni dans la Sala Regia du Quirinale en 1616-1617. Il n’est donc pas étonnant que l’œuvre acquise par le Fitzwilliam, datée de la même époque, soit proche de l’art de Turchi et d’Ottino, ne serait-ce que par son support, l’ardoise, dont ces artistes se firent presque une spécialité, comme d’ailleurs beaucoup de peintres de Vérone.

La culture artistique de Bassetti est donc multiple. A Venise, il se lia d’amitié avec Palma le Jeune et, si l’on en croit son biographe Claudio Ridolfi qui l’avait connu personnellement, copia Tintoret. A Rome, il fut influencé par les suiveurs de Caravage et par Saraceni, mais certainement aussi par Annibale Carracci auquel cette Pietà peut aussi faire penser. Le fonds noir fait ressortir d’une manière dramatique le premier plan dans un luminisme qui n’a plus grand chose de caravagesque. Cette manière se retrouve de façon très similaire chez Ottino et dans certaines œuvres de Turchi.
Un dessin préparatoire à cette Pietà se trouve dans la collection de la reine d’Angleterre.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.