Un tableau de Michael Sweerts acquis par Grenoble

Michael Sweerts (1618-1664)
Un vieil homme tricotant avec un garçon
à ses côtés, vers 1646-1650
Huile sur toile - 43,5 x 34 cm
Grenoble, Musée
Photo : Musée de Grenoble
Voir l´image dans sa page

27/4/18 - Acquisition - Grenoble, Musée - Redécouvert tardivement au début du XXe siècle, Michael Sweerts a gagné ces dernières années un statut particulier, les historiens de l’art, les musées et les collectionneurs le considérant désormais, certainement à juste titre, comme un des peintres les plus importants du XVIIe siècle nordique. Ses œuvres sont désormais très recherchées et de moins en moins accessibles, le moindre tableau de lui passant en vente - même parfois très abimé comme celui récemment acquis en vente aux enchères et revu ensuite à la Tefaf - atteignent des prix très élevés. Il est par ailleurs rare dans les musées français (à l’exception du Louvre qui en conserve trois).

Il faut donc féliciter le Musée de Grenoble d’avoir pu acquérir, auprès de la galerie Bob Haboldt, un tableau de cet artiste, peint dans la manière très fluide qui est la sienne, représentant un vieil homme tricotant avec un garçon à ses côtés. Sweerts est né à Bruxelles où sa formation n’est pas connue de manière certaine. Il partit assez tôt à Rome (il y est documenté à partir de 1646, à l’âge de vingt-huit ans) et y resta plusieurs années, fréquentant le milieu des Bamboccianti. C’est dans ces années là, vers 1646-1650 que cette scène de genre a été exécutée. Sa manière assez réaliste la rapproche en effet des œuvres de ces peintres tels Michelangelo Cerquozzi influencés par Pieter van Laer, dit Il Bamboccio, qui s’inspiraient de la vie quotidienne du petit peuple de Rome. Elle démontre également, en dépit de sa petite taille, une influence de la peinture caravagesque.
La scène peut surprendre, mais au XVIIe siècle tricoter n’était pas réservé aux femmes. On admirera notamment la tendresse que le peintre réussit à instiller par le simple regard du vieillard dont on devine qu’il doit être le grand-père du jeune garçon qui lui tient la pelote de laine.
Le tableau provient de la collection Corsini. Il a pu être acquis grâce au Fonds du Patrimoine, et au Club des mécènes du Musée de Grenoble créé en 2010 et dont l’une des principales missions est l’enrichissement des collections. Grâce à son action, un tableau de Giorgio Morandi (voir la brève du 7/10/15), des toiles de Nicolas-Bernard Lépicié et de Jean-Joseph-Xavier Bidauld (voir la brève du 13/9/13) et un dessin de Picasso (voir la brève du 24/2/12) ont récemment pu être achetés.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.