Un tableau de Théodore Rousseau rejoint le Saint Louis Art Museum

23/3/17 - Acquisition - Saint-Louis (Missouri), Saint Louis Art Museum - Une toile de Théodore Rousseau a été acquise en mai 2016 par le Saint Louis Art Museum (dans le Missouri) auprès de la galerie new-yorkaise Richard L. Feigen & Co., mais n’a rejoint le musée qu’en 2017 après avoir été prêtée pour les deux étapes de l’exposition consacrée à l’artiste, « Unruly Nature : The Landscapes of Théodore Rousseau », d’abord présentée au Getty de Los Angeles, puis à la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague (voir l’article).


Théodore Rousseau (1812–1867)
Faisanderie dans la forêt de Compiègne, 1833
Huile sur toile - 53,1 x 65,3 cm
Saint Louis Art Museum
Voir l´image dans sa page

Intitulé Faisanderie dans la forêt de Compiègne, le tableau ne montre néanmoins aucun faisan et n’illustre pas non plus de scène de chasse, mais saisit l’atmosphère sombre d’un sous-bois traversé par quelques rais de lumière, qui ne sont d’ailleurs pas forcément des rayons de lune comme le suggère le communiqué du musée.
Il fut peint au début de la carrière de l’artiste, en 1833. Rousseau est alors âgé de 21 ans et expose au Salon de Paris depuis 1831, avant d’être refusé à partir de 1836. Le peintre, qui multiplia les vues de forêts et les « portraits » d’arbres sous un ciel souvent agité et lumineux, choisit ici d’envahir sa toile par les arbres et leurs frondaisons, que l’on ne distingue finalement qu’à contre-jour, grâce à la lueur qui surgit dans ce qu’on devine être une clairière à l’arrière-plan. Il déclinera ces intérieurs de forêt tout au long de sa carrière, en variant la touche et les effets de lumière, comme en témoignent une toile du musée d’Orsay, une autre de 1860 en collection privée ou encore une oeuvre de 1873 passée sur le marché.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.