Une aquarelle de Viollet-le-Duc et deux portraits de famille pour la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

24/6/19 - Acquisitions - Charenton, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine - La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP) de Charenton, où se trouve notamment une grande partie des archives du ministère de la Culture, conserve également d’importantes collections qu’il continue à enrichir (voir par exemple notre brève du 12/4/19).

De Viollet-le-Duc, elle possède un fonds majeur, tant du point de vue des archives publiques (la médiathèque conservant celles de l’administration des monuments historiques) que des papiers privés : entre 2004 et 2017 une grande partie des archives familiales y est entrée par achats, dons et legs (nous en parlions dans la recension de la rétrospective de 2014).


1. Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc
Vue intérieure de la chapelle palatine à Palerme, 23 avril 1836
Aquarelle - 48,5 x 32,5 cm
Charenton, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
Photo : SVV PBA
Voir l´image dans sa page

Le 19 juin 2019, lors de la vente de la SVV PBA à l’hôtel Drouot, la Médiathèque a préempté deux lots qui provenaient également de la famille de l’artiste. Le premier, acquis pour seulement 2 000 € (sans les frais), est une aquarelle représentant la chapelle Palatine à Palerme (ill. 1). Il s’agit d’un très bel exemple des œuvres que Viollet-le-Duc réalisa pendant son voyage en Italie dont beaucoup d’autres exemples sont conservés à Charenton.


3. Frédéric Millet (1786-1859)
Portrait d’Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet-le-Duc
Aquarelle et gouache - 41,5 x 31 cm
Charenton, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
Photo : SVV PBA
Voir l´image dans sa page

La seconde préemption, pour 3 500 € hors frais, est un portrait du père de l’architecte, peint à l’aquarelle et à la gouache par Frédéric Millet (ill. 2). Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet-le-Duc était essentiellement écrivain, auteur d’essais sur la poésie, et fut également sous la monarchie de Juillet l’administrateur des propriétés de Madame Adélaïde, la sœur de Louis-Philippe, gravitant donc dans la sphère des Orléans où il a pu rencontrer Frédéric Millet. Celui-ci, élève d’Eugène Isabey et père du sculpteur Aimé Millet, travailla en effet beaucoup pour la famille d’Orléans. Il était surtout connu comme miniaturiste. La Médiathèque a d’ailleurs également acheté pour 500 € (sans préemption), dans cette même vente, un petit portrait de Madame Tempier, belle-mère de Viollet-le-Duc (ill. 3), par le même Frédéric Millet.


Frédéric Millet (1786-1859)
Portrait de Madame Tempier en robe verte, 1832
Miniature sur ivoire - H. 14 cm
Charenton, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
Photo : SVV PBA
Voir l´image dans sa page

Si la MAP ne possède pas d’espaces pour montrer ses collections, elle peut néanmoins présenter dans son hall d’entrée le mobilier du bureau de Viollet-le-Duc, et elle prête beaucoup aux expositions. Pour ses photographies (le fonds est riche de 15 millions d’images), une convention existe avec le Jeu de Paume où certaines des expositions sont co-produites par les deux institutions.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.