Une chapelle néogothique à vendre...

1 1 commentaire

18/1/18 - Patrimoine - Château de Moncé - La chapelle néogothique du château de Moncé, dans le Perche, gravement endommagée il y a quelques années par la chute de son clocher sur la nef, va être vendue aux enchères par l’étude Rouillac. Contrairement à ce que pourrait laisser penser la page du site internet (où 32 lots sont présentés), les conditions de vente expliquent que celle-ci se fera en un seul lot. Nous avons contacté la DRAC pour savoir ce qu’ils pouvaient faire pour cet édifice et malheureusement ils nous ont confirmé que rien n’était possible, la chapelle n’étant ni inscrite ni classée, et son état ne permettant pas de lui donner une protection monument historique. On peut toujours discuter de ce point, mais il est certain qu’avec la loi actuelle, il leur est difficile d’intervenir.


1. La chapelle néogothique du château
de Moncé d’après une carte postale ancienne
Voir l´image dans sa page
2. La chapelle néogothique du château
de Moncé dans son état actuel
Photo : SVV Rouillac
Voir l´image dans sa page

Le château de Moncé, qui abrite l’Institut de Sexologie Jacques Waynberg - va se voir priver d’un élément historique essentiel au site. Il y aurait paraît-il danger pour les « stagiaires » qui fréquentent ce lieu [1] (quand il suffisait de limiter l’accès à la chapelle). Nous avons contacté le propriétaire qui nous a dit ne pas être indifférent au patrimoine, mais ne pas avoir un euro à consacrer à la restauration de ce bâtiment, prenant déjà en charge celle du château. Peut-être. Mais que penser du communiqué diffusé par la maison de vente Rouillac [2] ? On y lit en effet que le Dr Waynberg lui a demandé « d’envisager une vente aux enchères publique, afin de déplacer la chapelle, afin qu’elle soit remontée et restaurée dans un autre lieu.
- Il ne s’agit pas d’une démolition, encore moins d’une destruction, mais d’un transfert, en vue d’une sauvegarde.
- Il ne s’agit pas d’une affaire financière pour le Docteur Waynberg, l’ensemble est proposé avec une mise à prix de 5.000 €.
- Il s’agit par ce biais d’une réhabilitation à terme d’un bâtiment à l’abandon.
 »


3. Intérieur de la chapelle néogothique du château de Moncé,
le chœur, état actuel (image tiré d’une vidéo sur le site de la SVV Rouillac)
Voir l´image dans sa page

Qu’il ne s’agisse pas d’une affaire financière, on veut bien le croire. Mais prétendre qu’il ne s’agit pas d’une démolition ou d’une destruction, mais de la « réhabilitation à terme d’un bâtiment à l’abandon », nous semble être la preuve d’un bel optimisme. Me Rouillac nous a assuré que les acheteurs intéressés avaient pour ambition de sauvegarder la chapelle en la démontant et en la remontant. Pourtant, rien évidemment ne s’imposera à l’acheteur. Le commissaire-priseur nous a affirmé qu’aucune enchère par téléphone ne sera admise et que l’acquéreur sera connu. Nous pourrons donc savoir ce que deviendront les éléments de la chapelle après la vente et si celle-ci sera ou non remontée ou revendue par morceaux, une colonne par ci, un autel par là, par un marchand de biens. Nous avons peine à croire que l’on assiste ici à un sauvetage, et non à la disparition d’un patrimoine, certes non protégé, mais historique. N’aurait-il pas été plus simple, moins coûteux, et plus respectueux de cet édifice de se contenter de le consolider sans le reconstruire (ce qui semble de toute façon illusoire), afin de le conserver comme une ruine romantique ?

Didier Rykner

P.-S.

Addendum du 24/1/18 : Il semble que la vente de la chapelle, pour 24 000 €, ait été faite effectivement au profit d’une acheteuse « collectionneuse d’art religieux », qui rêvait depuis toujours d’aquérir une chapelle, et qui affirme qu’elle va la remonter non loin de là dans sa propriété. Nous nous réjouissons, si tel est le cas, de nous être trompé et d’avoir été inutilement pessimiste. Nous essaierons d’en savoir davantage et de parler de cette restauration.

Notes

[2La DRAC nous avait par ailleurs indiqué que : le commissaire-priseur « s’engage à fournir un relevé précis de l’ensemble avant démontage. La chapelle sera vendue en un seul lot afin de rendre possible son remontage intégral dans un lieu à définir. »

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.