Une console de Lannuier rejoint les collections du Metropolitan

Charles-Honoré Lannuier (1779–1819)
Console, 1815-1819
Acajou, pin, érable, marbre, laiton doré - 89,5 x 123,2 x 53,3 cm
New York, Metropolitan Museum of Art
Photo : Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page

17/10/18 - Acquisition - New York, Metropolitan Museum of Art - Le Parisien Charles-Honoré Lannuier (1779-1819) et l’Écossais Duncan Phyfe (1768 - 1854) furent les deux grands ébénistes de New-York au tout début du XIXe siècle. Lannuier arriva aux États-Unis en 1803 et fournit à toute la bonne société des meubles de styles Directoire, Consulat et Empire, qu’il sut alléger pour mieux répondre au goût américain. Il apporta avec lui des recueils de modèles, notamment de Percier et Fontaine, dans lesquels il puisa abondamment.

Le Metropolitan Museum a récemment acquis une console de sa main, léguée par Ronald S. Kane, qui vient enrichir un ensemble déjà conséquent conservé au musée. Elle a été réalisée pour un Français installé à New York, Jacques-Donatien Leray de Chaumont (1760-1840). Son père, qui porte le même nom mais est plus connu par les Américains sous celui de James Leray, était un proche de Benjamin Franklin et avait joué un rôle dans l’intervention des Français dans la Guerre d’Indépendance.
Les motifs des bronzes sont récurrents dans l’œuvre de Lannuier : la lyre sur les côtés, les sphinges ou plutôt les femmes ailées, les pieds en forme de patte de lion, la frise de fleurs au centre de laquelle est placé un masque se retrouvent sur d’autres pièces à différentes échelles.

Il a confectionné plusieurs consoles similaires à celle-ci, en introduisant quelques variations ; il choisit par exemple des pieds en forme de dauphins, ou modifie la frise. Le Brooklyn Museum en conserve une version et le Detroit Institute of Art une autre. L’Albany Institute en expose une troisième dans laquelle les sphinges ont été remplacées par des cygnes.
Enfin, cette console rejoint au Metropolitan une table qui arbore elle-aussi des pieds en forme de pattes de lion et une femme ailée en guise de cariatide.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.