Une marine de Salvator Rosa acquise par le Musée Fabre

1 1 commentaire

22/5/19 - Acquisition - Montpellier, Musée Fabre - Le Musée Fabre de Montpellier a acquis à Vienne chez la société de vente Dorotheum, grâce à sa fondation d’entreprise, une marine de Salvator Rosa, pour 127 300 € (avec les frais). Le lot n’avait pas été vendu lors de la vacation du 30 avril dernier.


Salvator Rosa (1615-1673)
Paysage côtier avec des ruines et des navires, vers 1635 – 1639
Huile sur toile - 73 x 163 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Dorotheum
Voir l´image dans sa page

L’œuvre, qui date de la prime jeunesse de l’artiste, montre une côte sur laquelle se trouve un château en ruines, avec des voiliers échoués ou à sec, certains à l’état d’épaves, d’autres en réparation, ainsi que des barques de pêcheurs, deux vaches et quelques personnages. Un arrière-plan vaporeux où l’on voit une baie avec d’autres navires sur l’eau fait penser à la tradition nordique des peintres de paysages.
Salvator Rosa, peintre fort prolifique dans bien des genres, se montre également inspiré ici par d’autres napolitains tels qu’Aniello Falcone ou Domenio Gargiulo (dit Micco Spadaro) qui ont un goût « pour une gamme chromatique sombre, faisant contraster les bruns denses et les éclats argentés ou verdâtres donnant un aspect fantomatique à certaines épaves [1] »
La spécialiste du peintre Caterina Volpi date ce tableau entre 1635 et 1639. Rosa y fait encore preuve d’une inspiration très baroque (que certains qualifient même, non sans un certain anachronisme, de « romantique ») avant d’évoluer par la suite vers des compositions plus classicisantes.

Le fonds d’œuvres offert par Fabre au musée comprenait quatre tableaux attribués à Rosa, abîmés et dont l’attribution a même été contestée. C’est donc l’occasion de rendre hommage au goût du bienfaiteur du musée qui porte son nom en complétant ses collections avec un Salvator Rosa certain, à la composition ambitieuse, et en excellent état de conservation. Cet achat complète par ailleurs une série d’acquisitions de peintures italiennes dont nous avons déjà parlé ici : très récemment un Giovanni Battista Paggi provenant déjà de Vienne (voir la brève du 28/10/18) ; trois esquisses de Luca Giordano (voir la brève du 27/9/16) ; une Mort de Joseph de Bernardo Cavallino (voir la brève du 11/7/15) ; une toile d’Andrea Vaccaro (voir brève du 27/11/13) ou encore un important Lionello Spada (voir la brève du 7/5/12). Le catalogue des peintures italiennes du Musée Fabre, par Benjamin Couilleaux, sera publié à la fin de l’année 2019.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.