Une nouvelle conseillère patrimoine au cabinet de Françoise Nyssen

1 1 commentaire
Angélique Delorme
Photo tirée d’une vidéo France 2022
Voir l´image dans sa page

20/2/18 - Nomination - Ministère de la Culture - « Conseiller » : « 1. Indiquer à quelqu’un ce qu’il doit faire ou ne pas faire. 2. Guider quelqu’un par ses avis, le plus souvent de façon suivie. » La définition du dictionnaire (ici celui de l’Académie française) de ce verbe laisse entendre que celui qui conseille est un guide, quelqu’un qui sait, qui donne son avis à quelqu’un qui ne sait pas, pour qu’il prenne les meilleurs décisions possibles.

Cela est vrai partout, sauf au gouvernement, et notamment au ministère de la Culture. Alors que les conseillers arrivent et repartent parfois tout aussi vite (voir notre brève du 6/2/18), la nouvelle « conseillère en charge des questions européennes et internationales, de la francophonie et du patrimoine » vient d’être nommée. Il s’agit d’Angélique Delorme, énarque et diplômée d’HEC. Son CV brillant, que l’on peut trouver aisément sur internet, notamment sur le site de « France 2022 », nous révèle qu’elle a notamment été rapporteur général du rapport « La francophonie et la francophilie : moteurs de croissance durable » (La documentation française) remis au Président de la République et au ministre des affaires étrangères en août 2014 et qu’elle est aussi rapporteur général depuis 2014 de l’Observatoire international des régulations économiques aux côtés de son président Me Jean-Michel Darrois. Elle donne par ailleurs des cours à Sciences Po en droit public et civilisation américaine. On peut donc penser qu’elle est parfaite pour conseiller la ministre sur les questions européennes et internationales, ainsi que sur la francophonie.

Quelles sont, en revanche, ses qualifications relatives au patrimoine (monuments historiques et musées) qui lui permettrait de conseiller une ministre tout aussi novice qu’elle dans ces domaines ? Interrogé, le ministère de la Culture nous a répondu qu’elle connaissait le patrimoine à trois titres : en tant que conseiller d’État, comme co-auteur du rapport sur la francophonie, et comme co-auteur du projet France 2022 (ces deux derniers textes écrits avec Jacques Attali…)

En tant que conseiller d’État, elle serait intervenue sur le droit du patrimoine. Mais une recherche sur le site du Conseil d’État « Angélique Delorme » donne dix-sept résultats dont aucun ne concerne le patrimoine ou les musées.
Le rapport sur la francophonie est en ligne ici : il est très simple de constater que jamais le patrimoine historique, les monuments historiques ni les musées ne sont abordés.
Le projet France 2022 est en ligne ici : là encore, il est facile de vérifier que jamais le patrimoine, ni les monuments historiques ne sont concernés, même pas dans les 7 pages (sur 289 !) consacrées à « la culture : pierre angulaire d’une société démocratique ».

Nous pouvons donc le confirmer : Angélique Delorme [1] ne possède aucune compétence dans le domaine des monuments historiques et des musées, ce qui en soi n’a rien de grave, si ce n’est qu’elle est désormais conseillère pour le patrimoine de la ministre, qui elle-même n’y connait rien. Tant pis, après tout, ce ne sont que des vieilles pierres et des vieux tableaux…

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.