Une peinture de Maratta et une aquarelle d’Isabey acquises par le Cleveland Museum of Art

16/11/18 - Acquisitions - Cleveland Museum of Art - Deux portraits de femmes sont entrés au Cleveland Museum of Art en 2018 : une peinture de Carlo Maratta et une aquarelle de Jean-Baptiste Isabey.


1. Carlo Maratta (1625–1715),
Portrait de Francesca Gommi Maratti, vers 1701
Huile sur toile - 98,5 x 74,5 cm
Cleveland Museum of Art
Photo : Cleveland Museum of Art
Voir l´image dans sa page

Maratta a peint sa maîtresse, Francesca Gommi, qu’il épousa en 1700 et qu’il représenta à plusieurs reprises notamment dans des dessins (ill. 1). L’œuvre a été achetée à la galerie Nicholas Hall de New York. Élégamment vêtue, la femme tient un dessin du maître qui montre Vénus confectionnant les flèches de Cupidon dans la forge de Vulcain. Elle correspond à l’un des deux portraits décrits dans l’inventaire de Francesca Gommi dressé en 1711. La composition n’est pas sans rappeler celle d’un tableau de Titien, La Schiavona.
Une autre version est identifiée dans une collection privée, qui présente quelques différences avec la toile de Cleveland : les bijoux notamment ne sont pas tout à fait les mêmes, le dessin surtout, évoque un autre aspect de l’amour invincible : Cupidon chasse le Temps qui, sous les traits d’un vieil homme, importune une femme.
Une troisième version de ce portrait est attribuée à Andrea Procaccini, élève du maître, qui reprend dans sa composition le dessin de Vénus confectionnant les flèches de Cupidon, ce qui laisse penser qu’il s’agissait du modèle original.


2. Jean-Baptiste Isabey (1767-1855)
Portrait de femme
Aquarelle sur vélin - 12,3 x 17,4 cm
Cleveland Museum of Art
Photo : Cleveland Museum of Art
Voir l´image dans sa page

Autre acquisition, le portrait d’une femme devant sa table d’écriture, du miniaturiste Jean-Baptise Isabey, a été acheté à la galerie Elle Shushan de Philadelphie (ill. 2). L’artiste a retravaillé cette aquarelle quelques années plus tard afin de mettre le modèle à la mode du jour, modifiant la coiffure et les manches de la robe. Ce vélin rejoint dans les collections plusieurs œuvres du maître et de son fils Eugène.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.