Une sculpture attribuée à Ligier Richier offerte au Musée de Saint-Mihiel

1. Attribué à Ligier Richier (1500-1567)
Sainte Élisabeth, vers 1550
Pierre calcaire
Saint-Mihiel, Musée d’Art sacré
Photo : Musée Saint-Mihiel
Voir l´image dans sa page

8/10/17 - Acquisition - Saint-Mihiel, Musée d’Art sacré - La statue de sainte Élisabeth qui vient d’être léguée au Musée d’Art sacré de Saint-Mihiel par monsieur Dominique Reyre est une récente découverte même si sa trace peut être remontée jusqu’au XVIIe siècle. Elle se trouvait en effet en 1670 sur un autel latéral de l’église Saint-Étienne à Saint-Mihiel. À la fin du XIXe siècle, on la retrouve dans un jardin de la rue des Tisserands, et restaurée une première fois de manière un peu drastique (des bras lui sont notamment ajoutés de manière un peu arbitraire). Après la Seconde guerre mondiale, l’œuvre est confisquée pour faits de collaboration du propriétaire et mise en vente par les domaines à qui l’achète la famille du légataire.

Après étude par un comité scientifique [1], la sculpture est désormais attribuée à Ligier Richier, suivant en cela l’opinion de Paulette Chôné, spécialiste de l’artiste. Cette identification est d’autant plus crédible qu’une Visitation de ce sculpteur était conservée dans l’église de Saint-Mihiel, par ailleurs ville natale de Richier où il eut pendant longtemps son atelier avant de s’exiler à Genève en raison de son appartenance à la religion réformée. Du point de vue stylistique, les spécialistes remarquent notamment « la forme des yeux et des sourcils […] caractéristiques de l’œuvre du sculpteur sammiellois » tandis que Paulette Choné rapproche, entre autres similitudes, le soin apporté au costume avec celui de la Madeleine du Calvaire de Briey.
La restauration, qui a consisté essentiellement en une dérestauration des ajouts du XIXe siècle et un nettoyage par micro-sablage à faible pression a été réalisée au C2RMF [2].

La Meuse met particulièrement en valeur ce grand artiste qu’est Ligier Richier, en ayant organisé une « route » qui passe par les principales villes en Lorraine abritant des œuvres de lui, avec deux étapes en Meurthe-et-Moselle à Briey et à Nancy. Signalons également qu’une journée d’étude autour de cette Sainte Élisabeth est organisée au Musée d’Art sacré de Saint-Mihiel le vendredi 20 octobre prochain.

Documents joints

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.