Une sculpture de George Minne pour le Metropolitan Museum

6/7/19 - Acquisition - New York Metropolitan Museum of Art - The Metropolitan Museum of Art a acheté une sculpture de George Minne à la Galerie Eric Gillis à l’occasion de la TEFAF de Maastricht en mars dernier. Ce Petit agenouillé rejoint une autre œuvre du symboliste belge dans les collections : les Saintes Femmes au tombeau.
L’œuvre avait appartenu au banquier et collectionneur Adolphe Stoclet, qui chargea Josef Hoffmann de construire un hôtel particulier à Bruxelles entre 1905 et 1911 ; le palais Stoclet est une œuvre d’art total dont la décoration fut notamment réalisée par Gustav Klimt et Koloman Moser.


George Minne (1866-1941)
Le Petit Agenouillé, 1896
Marbre - 48 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Eric Gillis
Voir l´image dans sa page

Il s’agit d’une version en marbre d’une célèbre figure que l’artiste déclina inlassablement. Minne créa d’abord en 1889 Homme et une Femme agenouillés et en 1895 un Saint Jean-Baptiste avant de concevoir en 1896 le Petit Agenouillé, adolescent nu replié sur lui-même, silhouette épurée de tout détails. Leo Van Puyvelde définit cette sculpture comme « l’image plastique la plus parfaite de l’âme qui se réfléchit sur elle-même, qui se complait à la méditation et qui a peur du tumulte de la vie ». Minne la sculpta à plusieurs reprises dans le bronze et le marbre ; Emile Verhaeren en possédait une version en plâtre, conservée aujourd’hui à la Bibliothèque royale de Bruxelles , et qui apparaît dans la peinture de Theo Van Rysselberghe, La Lecture par Verhaeren. Le poète admirait le sculpteur, affirmant que « Minne incarne des sentiments d’incertitude et d’angoisse dans des figures oniriques, des êtres primitifs ou des figures nées quelque part en dehors de notre réalité ».
L’artiste s’inspira du Petit agenouillé pour d’autres œuvres, notamment Le Petit Porteur de reliques en 1897, L’Homme agenouillé à la Fontaine en 1898 et enfin la Fontaine des Agenouillés dans laquelle il répète cinq fois le même personnage, empruntant à Rodin l’idée de la répétition de figures identiques.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.