Une tête de Vierge de Pietro Bernini retrouve son emplacement d’origine

3/9/10 – Restauration – Amantea (Calabre), Oratorio dei Nobili – Au début du XIXe siècle, un relief en marbre de Pietro Bernini, conservé sur l’autel majeur de l’Oratorio dei Nobili à Amantea dans la province de Cosenza en Calabre et représentant La Nativité (ill. 1), fut mutilé par les troupes napoléoniennes en 1806-1807. La Vierge, notamment, y perdit sa tête.


1. Pietro Bernini (1562-1629)
La Nativité
Marbre
Amantea, Oratorio dei Nobili
Photo : Soprintendenza per i Beni Storici,
Artistici ed Etnoantropologici della Calabria
Voir l´image dans sa page
2. Pietro Bernini (1562-1629)
Tête de la Vierge provenant de La Nativité
avant sa repose sur le relief
Marbre
Amantea, Oratorio dei Nobili
Photo : Soprintendenza per i Beni Storici,
Artistici ed Etnoantropologici della Calabria
Voir l´image dans sa page

L’historien d’art Mario Panarello a récemment pu identifier ce fragment manquant dans une demeure privée (ill. 2). Cette heureuse découverte a permis la restitution (à titre gratuit) de cet élément qui sera refixé sur l’œuvre originale lors d’une inauguration qui aura lieu le samedi 4 septembre 2010.
Sculpteur important du maniérisme tardif, la figure de Pietro Bernini est largement éclipsée par celle de son fils Gian Lorenzo. Il a néanmoins laissé, notamment à Rome, des sculptures de qualité non négligeable, par exemple à Santa Maria Maggiore et à San Andrea della Valle. Son œuvre la plus connue est la fontaine dite la Barcaccia sur la Place d’Espagne, dont la célébrité ne lui a pas beaucoup profité car bien peu savent qu’il en est l’auteur.
La Nativité date des dernières années du XVIe siècle, avant que l’artiste ne s’installe définitivement à Rome en 1605. On y voit encore une certaine raideur assez caractéristique de son art. Ce type de retable sculpté en haut relief, un peu comme la traduction en marbre d’une composition peinte, connaîtra un grand succès au XVIIe siècle (Alessandro Algardi, Pierre Puget...).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.