Vente Debuisson : Carnavalet sauve l’honneur

18/3/19 - Acquisitions - Paris, Musée Carnavalet - Le Musée Carnavalet a raté une occasion avec la collection Debuisson. Celle-ci, constituée par Roxane Debuisson, et formée essentiellement d’enseignes parisiennes récupérées parfois sur les ruines d’immeubles détruits, lui était théoriquement promise. Seul problème, cette donation n’est jamais venue. Les versions de cet échec diffèrent : la collectionneuse elle-même a dit à beaucoup de gens - dont l’auteur de ces lignes - que Carnavalet l’avait refusée. Il est probable que la vérité est plus complexe, car celle-ci était, de l’avis de beaucoup, une personnalité complexe. Quoi qu’il en soit, les ponts étaient coupés entre elle et le musée avant même que la direction actuelle se mette en place. Même si nous aurions aimé que davantage puisse être acquis, celle-ci a néanmoins sauvé l’honneur, il faut le reconnaître, en préemptant cet après-midi huit enseignes lors de la vente qu’organisait la SVV Lucien à l’hôtel Drouot. Espérons que ces acquisitions ne rejoindront pas les réserves lors de la réouverture…

Voici donc la liste des préemptions :


1. France, époque Second Empire
Paire d’enseignes du marchand d’escargot « Lazare Successeurs »
Fer doré - 65 x 90 x 25 cm
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une paire d’enseignes du marchand d’escargots « Lazare Successeurs », deux escargots en fer doré, d’époque Second Empire. Le magasin se trouvait dans le Quartier des Halles… Ce lot a été préempté pour 12 750 € avec les frais (tous les prix d’adjudications donnés dans cette brève sont frais inclus).


2. France, Second Empire
Enseigne « Au Gant d’Or »
Fer doré - 105 x 40 x 26,5 cm (avec la potence)
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une enseigne pour le magasin « Au Gant d’Or », représentant donc… un gant en fer doré, également d’époque Second Empire, préempté 5 625 €. Le gantier se trouvait Boulevard Beaumarchais, dans le XIe arrondissement.


3. France, vers 1880
Enseigne « À l’Auvergnat de Paris »
Tôle peinte - 185 x 85 cm
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une enseigne pour un magasin de vin, café et charbon « À l’Auvergnat de Paris », en tôle peinte, datée vers 1880. Provenant de la rue de la Procession dans le XVe arrondissement, elle a été préemptée pour 1 125 €.


4. France, fin XIXe
Enseigne du lavoir « Sainte-Eugénie »
Tôle peinte - 198 x 61 cm
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une enseigne en forme de drapeau tricolore marquée du mot « Lavoir », pour une blanchisserie de la rue de Charenton, de la fin du XIXe siècle. Elle a été préemptée pour 500 €.


5. France, fin XIXe
Enseigne de marchand de parapluie
Tôle peinte - 61 x 65 x 61 cm (avec l’attache)
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une enseigne pour un marchand de parapluie de la rue du Pont Louis-Philippe, de la fin du XIXe siècle, en forme de parapluie en tôle peinte, acquise pour 1 375 €.


6. France, fin XIXe
Enseigne de libraire
Métal peint - 131 x 74 x 6 cm
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une enseigne de libraire : « À l’enseigne du livre rouge et de la plume blanche », portant exactement les attributs de son nom, datant de la fin du XIXe siècle et provenant de la rue Jacob. Le musée l’a acquise pour 4 000 €.


7. France, vers 1900
Enseigne de coiffeur
Fer peint - 27,5 x 68 cm (avec l’attache)
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une enseigne de coiffeur en fer peint, simulant un parchemin enroulé en trompe-l’œil, qui se trouvait rue de Sévigné, préemptée pour 3 125 €.


8. France, vers 1900
Enseigne de fabrique de lanterne
Tôle et fer peint - 135 x 162 x 22,5 cm (avec les attaches)
Paris, Musée Carnavalet
Photo : SVV Lucien
Voir l´image dans sa page

- Une très belle enseigne Art nouveau, en tôle et fer peint, préemptée pour la somme assez modique compte tenu de la qualité de cet objet de 3 125 €. Elle servait d’enseigne à une fabrique de lanternes et est elle-même lumineuse, autrefois éclairée au gaz. La maison Grimmeisen se trouvait rue du Faubourg du Temple.

Carnavalet voulait acheter dix objets en tout, mais deux ont dépassé les montants qu’il s’était fixés, dont l’enseigne « À l’éléphant », que l’on regrettera particulièrement.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.