Versailles acquiert un groupe sculpté en biscuit de Sèvres

1 1 commentaire

18/4/19 - Acquisition - Versailles, Musée national du château - Le musée national du château de Versailles vient d’acheter pour 15 000 euros (hors frais) un groupe sculpté en biscuit de porcelaine de Sèvres lors de la vente proposée par la maison Fraysse le 10 avril. Représentant Télémaque chez Calypso, il est une réplique d’époque d’un des groupes sculptés réalisés pour le surtout du service aux Camées qui fut livré à Catherine II de Russie en juin 1779. Cette réplique est mentionnée dans le registre des ventes au comptant faites à Versailles par la Manufacture de Sèvres le 23 décembre 1779 (S.C.C., Arch., Vy 7, f° 188). Elle a été vendue 600 livres, au même prix que le modèle original, vraisemblablement à Louis XVI sans que cela soit toutefois précisé.


Manufacture de Sèvres
D’après un modèle de Louis-Simon Boizot (1743-1809)
Télémaque chez Calypso, vers 1779
Biscuit de porcelaine dure - 32 x 36 cm
Versailles, musée national du château
Photo : Fraysse
Voir l´image dans sa page

Le service aux Camées réalisé entre juillet 1776 et juin 1779 est le plus grand jamais créé par la Manufacture de Sèvres. La demande de l’impératrice, transmise à la Manufacture par son ambassadeur à Paris le prince Bariatinsky, est explicite. Le service pour soixante convives doit être d’une ampleur et d’une qualité incomparable. Il doit comprendre huit cents pièces aux formes inventées pour l’occasion, déployer un fond bleu céleste et refléter l’intérêt de son commanditaire pour l’art antique et les camées. Le service compte finalement sept cent quatre-vingt-dix-sept pièces très probablement dessinées par Louis-Simon Boizot et pour beaucoup inédites. Les fonds sont turquoises et le décor mêle guirlandes de fleurs, rinceaux en or et médaillons en grisaille imitant des camées antiques aux thèmes mythologiques ou issus de l’histoire grecque et romaine.

Les services à dîner, à dessert et à thé sont complétés par un gigantesque surtout composé de trente-huit groupes sculptés, de trente-six vases et douze socles en biscuit de porcelaine. Contrairement aux pièces de vaisselle, ce surtout n’a, à l’exception de son monumental groupe central - le Parnasse de Russie ou « groupe des arts et des sciences » -, rien d’original puisqu’il rassemble divers modèles déjà produits par la Manufacture depuis 1752, date vers laquelle elle inventa cette technique du biscuit. L’iconographie complexe du Parnasse de Russie, où Catherine II figure en Minerve, pourrait avoir été dictée par l’impératrice elle-même. La Manufacture de Sèvres conserve un « prospectus », ni daté, ni signé, qui détaille le sujet en ces termes : « La paix étant rendue aux états de l’impératrice de Russie après les succès de ses armées, les sciences et les arts s’empressent de venir lui rendre hommage ». A ses côtés, les thèmes des autres groupes sont divers, allégoriques, à l’image de L’Amour piqué par une abeille ou L’Amour caressant la Jeunesse, ou mythologiques, comme Télémaque chez Calypso et son pendant Achille chez Deidamie.

Télémaque est représenté debout narrant ses aventures à Calypso, assise devant lui, accoudée à un coussin. Ils sont entourés de trois nymphes attentives, assises ou agenouillées. Ils sont vêtus à l’antique, les drapés et les détails, des boucles de cheveux aux lanières des sandales, sont d’une grande précision. Le groupe sculpté original est conservé par le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg qui réunit au total six cent quatre vingt pièces du service aux Camées. La réplique que vient d’acheter Versailles est de dimensions identiques mais présente quelques variantes notamment au sol, où la corbeille de fleurs et de fruits a été supprimée, et sur le plateau, où l’aiguière a été remplacée par une coupe. La Cité de la Céramique de Sèvres en conserve le modèle en terre cuite.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.